thoughtleader VI

Patrizia Barbieri

Italian born, now living in south eastern Spain, Patrizia has 10+ years of experience in marketing, specializing in the education and design sector. She is a natural connector and thought leader contributing an important point of view to contemporary education, training, their development, marketing and sales.

Comment votre expérience en marketing et vos antécédents dans le secteur des dotcoms et des nouvelles technologies influencent-ils votre vision de l’éducation ? Comment cela façonne-t-il votre travail ou vos actions quotidiennes, ainsi que votre stratégie à long terme ?

Je dirais que ce n’est pas seulement mon expérience dans le secteur des dotcoms et des nouvelles technologies qui m’a influencé, mais aussi le fait que j’ai vécu la transition entre ces deux mondes. J’ai grandi avec un pied dans un monde de technologie et un pied en dehors, et j’ai donc évolué en parallèle.
La technologie nous a clairement aidés, mais d’un autre côté, nous devons faire attention à la vitesse à laquelle nous nous sommes maintenant habitués.

Je me souviens que dans les années 90, lorsque j’écoutais la radio, je me précipitais pour enregistrer une chanson que j’aimais vraiment, afin de pouvoir la réécouter. Je connaissais par cœur le nom de toutes les chansons et de tous les groupes, car cela demandait vraiment beaucoup de travail pour être un fan dévoué. C’est pourquoi cela m’est resté en tête !

Aujourd’hui, en effet, Spotify nous facilite la vie. Il demande beaucoup moins d’efforts. La plupart du temps, je laisse l’application, une machine, choisir ce que je veux écouter. J’ai maintenant tellement d’options que je ne peux plus connaître le nom de toutes les chansons ou groupes.

 

Parce que l’information est si facilement accessible, on oublie trop facilement des choses.
Patrizia Barbieri

 

Cette volatilité est dangereuse car il faut connaître et comprendre les avantages de la technologie. Il faut rester actif et ne pas se contenter d’utiliser la technologie de manière passive ou, pire encore, prendre pour acquis tout ce que l’on trouve en ligne, car la quantité d’informations est infinie.  Travailler dans le domaine de l’éducation signifie qu’il faut être informé ou du moins savoir où et comment chercher des choses, et utiliser l’information de manière intelligente.
On peut, par exemple, se tenir au courant des dernières méthodologies ou du contenu contemporain. On peut également rechercher les meilleurs mentors dans le monde entier, etc.

 

Ma formation en marketing et mon expérience internationale m’ont aussi clairement influencée. J’ai toujours été curieux de la psychologie qui se cache derrière nos actions, j’ai étudié ce qui pouvait influencer les décideurs et j’ai examiné ce qui pouvait attirer l’attention des gens. J’utilise ces connaissances pour réfléchir à ce que serait l’appât idéal, si j’étais une entreprise désireuse d’embaucher un nouveau salarié, et à ce que je rechercherais chez un étudiant qui vient de terminer ses études. Je suis arrivé à la conclusion que les étudiants devront avoir un esprit ouvert, un point de vue interculturel et global, et qu’ils devront connaître les dernières méthodologies et savoir comment les mettre en pratique : entre autres choses. Notre objectif est donc d’y parvenir dans tous les cours que nous concevons. Nous accordons également une grande importance à la composante en face-à-face. En fin de compte, quelle que soit l’aisance avec laquelle on utilise la technologie, les connexions physiques et sociales restent essentielles pour créer des souvenirs et des expériences.

 

 

Comment voyez-vous l’avenir de l’enseignement supérieur, en particulier dans les domaines pratiques tels que la mode, le design ou les arts ? Sur la base de notre modèle 3D (personnes, lieux et outils), quels sont les éléments, les personnes, les lieux et les méthodes qui devraient connaître les évolutions les plus radicales ? Que serait pour vous l’éducation intelligente ?

Pour moi, l’éducation intelligente est une éducation sur mesure, en fonction des progrès, des forces et des faiblesses, des intérêts et des motivations, des préférences personnelles et des objectifs de chaque élève. C’est une expérience d’apprentissage participative, active et actualisée, applicable à et dans des environnements de vie professionnelle réels. Il s’agit en quelque sorte d’un mélange parfait d’un programme clairement structuré avec de bonnes connaissances de base et des renforcements de sujets spécifiques, en fonction des intérêts personnels et des forces de l’étudiant, créant ainsi des compétences dures et douces. Il peut s’agir, par exemple, de cours aidant les étudiants à améliorer leur art oratoire, s’ils sont timides ou s’ils ont du mal à faire des présentations. Il pourrait également s’agir de suivre des cours parallèles sur les compétences matérielles pour permettre aux élèves d’atteindre le même niveau que leurs camarades de classe et de ne pas prendre de retard.

Le rôle de l’enseignant doit également évoluer. Aujourd’hui, les élèves sont davantage responsables de leur propre apprentissage et utilisent la technologie pour élargir leurs connaissances. C’est pourquoi les mentors doivent les guider depuis les coulisses avec beaucoup plus d’impartialité. Il ne peut plus y avoir un enseignant à l’avant et des étudiants qui prennent la livraison pour acquise. L’éducation est beaucoup plus exigeante et complexe que cela. Elle doit être un environnement d’apprentissage actif où les étudiants et les tuteurs font partie du processus d’apprentissage.

L’éducation intelligente offre aux étudiants un espace de participation active, leur permettant de se connecter avec des personnes du monde entier, de découvrir des perspectives différentes, de s’apprendre mutuellement à ne pas avoir peur de tendre la main et d’apprendre à tirer parti des nouveaux outils dont nous disposons. L’éducation intelligente utilise la technologie pour interagir et travailler en collaboration.

Enfin, et surtout, l’éducation intelligente est une véritable éducation responsable et inclusive. 
À l’heure où le monde exige de meilleures solutions pour des problèmes tels que la durabilité environnementale, les éducateurs doivent donner aux étudiants la possibilité de choisir consciemment les meilleurs matériaux et solutions pour un projet de conception, tout en évitant le gaspillage mondial de textiles dans le secteur de la mode, par exemple ; concevoir des objets ou des expériences inclusives, qui permettent à chacun de participer de manière égale et complète.

 

 

D’un côté, le monde est davantage connecté, de l’autre, nous sommes socialement de plus en plus éloignés. Comme le dit Nicolas Laugero Lasserre : ” La numérisation entraîne souvent une individualisation, car même en tant que groupe de plusieurs personnes en ligne, nous restons en quelque sorte seuls devant nos écrans individuels. “

Rachel Weise a écrit : ” L’effet de l’augmentation du nombre d’heures passées sur un écran signifie que nous passons moins de temps à pratiquer nos compétences humaines en personne avec les autres, à décoder les expressions faciales, le langage corporel, les indices non verbaux et le ton. Par conséquent, les progrès de la technologie font bien plus que changer la nature du travail, ils nous changent aussi. “Nous sommes tous d’accord pour dire que les compétences humaines sont les plus importantes sur les marchés d’aujourd’hui et surtout de demain.

Comment une institution académique peut-elle s’assurer que ces compétences sont sincèrement développées, profondément encouragées et transmises sans parti pris ? Surtout pour une génération qui, pour la première fois dans l’histoire, passe plus de temps social en ligne que hors ligne.

La jeune génération devrait être une génération connectée, puisqu’elle a grandi avec la technologie, mais j’ai aussi le sentiment qu’elle est plutôt solitaire.

Nous devons cesser de donner aux enfants en pleurs un appareil numérique pour jouer avec. Ces enfants grandissent dans la confusion et considèrent cet appareil comme un geste de réconfort, plutôt que le câlin classique ou un regard dans les yeux pour montrer que tout va bien. Ils ne sauront pas comment interagir en face à face, et auront du mal à se socialiser correctement.

Pour ma génération, les parents et l’époque ont “forcé” les enfants à interagir et à se socialiser, à sortir des zones de confort, à tendre la main et à voir ce qui se passerait, ou à créer des jeux à partir de ce qui était à disposition. 

 

Notre génération devait encore faire appel à l’imagination de la “vieille école”. 

Patrizia Barbieri

 

Je me souviens d’avoir été chez ma tante et de n’avoir aucun jouet. Je prenais le flacon de shampooing et de gel corporel et je les faisais parler en inventant une histoire.

Nous devons aider les jeunes générations à développer leur intelligence sociale, à interagir, à tendre la main et à comprendre les conséquences de certains comportements.  Il est beaucoup plus difficile d’apprendre à faire les choses “sur le tas” ou plus tard dans la vie. Si les étudiants ne savent pas comment se comporter dans une situation sociale, ils seront des individus anxieux qui s’enfermeront probablement dans leurs appareils dans un coin de la pièce.

Avec les médias sociaux, nous sommes tous sous les feux de la rampe et nous subissons la pression de la performance et de la meilleure vie à montrer. Les gens parlent toujours et plutôt d’eux-mêmes, devenant ainsi la génération la plus individualiste qui soit.

En tant que mentors, nous devons montrer l’exemple et enseigner comment utiliser ces outils de manière saine et appropriée. Outre l’accès à des informations actualisées dans le monde entier, nous pourrions utiliser les médias sociaux dans le cadre du processus d’apprentissage ; montrer aux étudiants comment interagir et discuter avec les autres, et instaurer une culture de la collaboration.

Nous devons aider les élèves à développer leurs compétences générales, à écouter activement, à s’engager, à collaborer, à sortir de leur zone de confort et à être plus confiants : En les incitant à se tourner vers des personnes qu’ils admirent pour les guider dans leurs projets, en leur donnant des conseils, mais sans faire le travail à leur place.

 

Warren Buffet ne cesse de mentionner qu'”il (le) stupéfie de voir à quel point l’utilisation de l’EBITDA s’est généralisée et que les gens essaient d’en habiller les états financiers.” 

Comment voyez-vous la relation entre l’une des valeurs fondamentales de l’enseignement supérieur, la recherche universitaire et la publication de ses résultats, l’offre d’une expérience universitaire aux étudiants, souvent le principal revenu, et le “succès” des écoles basé sur la mesure de la performance financière susmentionnée ? 

Même si les mentors ne sont pas susceptibles de considérer les écoles comme une entreprise, toutes les institutions travaillent sur un budget, avec l’argent qu’elles reçoivent soit des étudiants, soit du gouvernement, soit des deux. Les écoles doivent gagner de l’argent pour pouvoir fonctionner.  Nous devrions accepter cela et essayer d’introduire ce que d’autres entreprises ont fait pour réussir et incorporer de nouveaux concepts pour maximiser l’efficacité.

Bien sûr, nous aimerions tous investir dans les meilleurs outils, équipements, mentors et expériences à l’étranger ; mais cela coûte cher, et parfois ce n’est tout simplement pas faisable financièrement.

Dans mon monde idéal, pour en revenir à l’éducation personnalisée, nous travaillerions avec des outils analysant les projets et les travaux des étudiants avant leur inscription. Grâce à ces outils, nous pourrions permettre aux enseignants de recueillir des données sur les performances des élèves inscrits, ce qui leur permettrait de personnaliser plus facilement le contenu et de créer des programmes perfectionnés répondant aux besoins et aux intérêts des élèves, ainsi qu’aux besoins du marché.

Et toujours en collaborant avec d’autres écoles, en travaillant ensemble pour atteindre un objectif commun.

 

Quel est votre livre préféré du moment ?

Mon livre préféré du moment est “Make Time”, de J. Knapp et J. Zeratsky, qui répond à mes préoccupations concernant le monde volatile et rapide dans lequel nous vivons. Il donne des conseils intéressants sur la manière de choisir un point focal pour sa journée, puis de se concentrer et de s’y tenir sans se perdre dans toutes les distractions/trous noirs/” piscines à débordement ” qui nous entourent (sources d’information et de divertissement toujours présentes et effectivement infinies).

also read  In education we trust

Cela me permet de me sentir moins coupable (et moins seule) d’avoir ce sentiment d’avoir fait beaucoup de petites choses mais rien de vraiment important.

J’aime la phrase “En remettant en question les comportements standard de notre monde obsédé par l’efficacité et saturé de distractions, vous pouvez tirer le meilleur de la technologie et reprendre le contrôle. Et une fois que vous avez repris le contrôle, vous pouvez changer la donne”.

Les questions de cet interview ont été partagé à travers un fichier collaborative Google-doc en Avril 2021.

L’échange s’est fait en Anglais. Il a été traduit avec deepl.com

How does your marketing experience and background in the dotcom and new technology sector influence your view on Education? How does it shape your daily work or actions, as well as your long-term strategy?

I would say that not only my background in the dotcom and new technology influenced me, but the fact that I have lived the transition between the two worlds. I have grown up with one foot in a world of technology and one foot out of it, and so I have developed as it has, in parallel.
Technology clearly helped us, on the other hand we need to be careful with the speed that we have now got accustomed to.

I remember back in the 90s when I listened to the radio and I would rush to record a song I really liked, so I could listen to it again. I knew all the songs’ and groups’ names by heart, as it really required a lot of work to be a dedicated fan. Therefore it stuck in my head!

Today indeed, Spotify is making our lives easier. It takes much less effort. Most of the time I let the app, a machine, choose what to play. I now have so many options, I can no longer know the names of the all songs or bands.

 

Because information is so easily accessible, you forget stuff way too easily.
Patrizia Barbieri

 

This volatility is dangerous because one has to know and understand the advantages of technology. One must keep active and not just use tech passively or, even worse, take everything one stumbles upon online for granted, as there is an infinite amount of information.  Working in education means needing to be informed or at least aware of where and how to search for things, and using information in a smart way.
One can, for example, be updated on all the latest methodologies or contemporary content. One could also reach out for the best mentors around the world et cetera.

 

My marketing and international backgrounds have also clearly influenced me. I have always been curious about the psychology behind our actions, studied what would influence decision-makers and examined what might grab the people’s attention. I use this knowledge to consider what the perfect lure would be, if I were a company wanting to hire a new employee and what I would look for in a student, who had just finished school. I have come to the conclusion that students will need to have an open mind, an intercultural, global point of view, and that they have to know the latest methodologies and how to put them in practice: amongst other things. To somehow achieve this is therefore our very goal in every course we design. We are as well giving a strong emphasis on the face-to-face component. In the end, no matter how comfortable one is with using technology, the physical and social connections are still essential to create memories and experiences.

 

 

How do you see the future of Higher Education, especially in practice based areas such as Fashion, Design or the Arts? Based on our 3D model (people, places and tools), what, who, where and how do see the most radical evolutions to happen? What would Smart Education be for you?

For me, smart education is tailored education, according to each individual student’s progress,  strengths and weaknesses, interests and motivations, personal preferences, and goals. It is a participative, active and updated learning experience that is applicable to and in real working  life environments. It somehow is a perfect mix of a clearly structured program with good basic knowledge and specific subject boosts, according to the personal interests and strengths of the student, creating both hard and soft skills. This could for example include courses helping students to work on improving public speaking, if they are shy or struggle presenting. It could also mean to attend parallel courses on hard skills to getting students to reach the same level as their classmates and not to fall behind.

 

The teacher’s role also needs to change. Today, students take more responsibility for their own learning using technology to widen their knowledge. That’s why mentors need to guide from the sidelines with much more impartiality. It can no longer be a teacher at the front and students taking a delivery for granted. Education is much more demanding and complex than that. It has to be an active learning environment where students as well as tutors are part of the learning process.

Smart education is allowing students a space for active participation, to connect with people around the globe, to learn different perspectives , to teach each other not to be afraid of reaching out, and to learn to take advantage of these new tools we have at our disposal. Smart education uses technology to interact and work collaboratively.

 

Last but not least, smart education is real responsible and inclusive education. 
As the world demands better solutions for concerns such as environmental sustainability, educators must provide opportunities for students to be able to consciously choose the best materials and solutions for a design project, while avoiding global textile waste in Fashion for example; designing inclusive objects or experiences, which enable everyone to participate equally and fully.

 

 

On one side the world is further connected, on the other we are socially more and more distant. As Nicolas Laugero Lasserre said: « Digitalization often entails individualization, because even as a group of several people online, we somehow remain alone in front of our single screens. »

Rachel Weise wrote: « The effect of more hours spent on screen means that we are spending less time practicing our human skills in person with others, decoding facial expressions, body language, nonverbal cues, and tone. As a result, advancing technology is doing much more than changing the nature of work, it’s also changing us. » We all agree that human skills are the most important ones in today’s and especially future markets.

How can an academic institution make sure these skills are sincerely developed, profoundly fostered and transmitted without biases? Especially so, to a generation that is, for the first time in history, spending more social-time online, rather than offline.

This indeed is a big problem, the young generation should be a connected generation, as they grew up with technology, but I also feel that they are a rather lonely generation.

We have to stop giving crying children a digital device to play with. These kids are growing up confused and think of it as a comforting action, rather than the classic hug or a look in their eyes to show everything is ok. They will not know how to interact face to face, and will find it difficult to socialize properly.

For my generation, parents and times „forced“ kids to interact and socialize with each other, to exit comfort zones, reach out and see what would happen, or to create games from what was at disposal. 

 

Our generation still had to use an „old school“ imagination. 

Patrizia Barbieri

 

I remember being at my aunt’s house and not having any toys, I would reach for the shampoo and body gel bottle and make them talk and make up a story.

We need to help young generations develop their social intelligence, interact, reach out and understand the consequences from certain behaviours.  It is way more difficult to learn how to do things „on the job“ or later on in life. If students do not know how to behave in a social situation, they will be anxious individuals that probably close themselves within their devices in a corner of the room.

 

With social media we all have spotlights on ourselves now, and the pressure to perform and have the best life to show off. People always and rather talk about themselves, becoming the most individualistic generation ever.

As mentors we have to lead by example and teach how to use these tools in a sane and proper way. Apart from accessing updated information worldwide, we could use social media as part of the learning process; show students how to interact and discuss with others, and build a culture of collaboration.

We need to help students to develop their soft skills, active listening, engaging, collaborating, stepping outside their comfort zone, and being more confident: Making them reach out to people they admire to mentor them on their projects, giving them the tips, but not doing the work for them.

 

Warren Buffet never stops mentioning that “it amazes (him) how widespread the use of EBITDA has become and people try to dress up financial statements with it.” 

How do you see the relation between one of Higher Education’s core values , academic research and publishing its findings, the delivery of an academic experience to students, often the main income, and the schools “success” being based on the aforementioned financial performance measurement? 

Even though mentors are not likely to see schools as an enterprise, all institutions work on a budget, with money they receive either from students or from the government or both. Schools need to earn money in order to be able to work.  We should accept this and try to introduce what other companies have done to succeed and incorporate new concepts to maximize efficiency.

Of course we would all love to invest in the best tools, equipment, mentors and experiences abroad; but it is expensive, and sometimes it just isn’t financially feasible.

 

In my ideal world, going back to personalized education, we would work with tools analyzing the students’ projects and work before enrolling. With such tools, we could enable teachers to collect data on the enrolled students’ performance, making it easier for them to personalize the content, and create perfected programs responding to students’ needs and interests, as well as the market’s needs. Patrizia Barbieri

 

And always collaborating with other schools, working together to achieve a shared goal.

 

Please name your current favourite book?

My favorite current book is “Make Time”,  by J. Knapp and J. Zeratsky which responds to the concerns I have about this volatile and fast paced world we are living in. It gives interesting tips on how to choose a focal point for your day, then concentrate and stick to it without getting lost in all the distractions/black holes/“ infinity pools” which surround us (always-on, effectively infinite sources of information and entertainment).

It kind of makes me feel less guilty (and less alone) for having that feeling of having done many small things but nothing really important.

I like the sentence “By challenging the standard behaviors in our efficiency-obsessed, distraction-saturated world, you can get the best of technology and put yourself back in control. And once you take control, you can change the game”.

The questions for this interview were asked via a collaborative Google-doc file in April 2021.